Biarritz part III – Miremont et ses dames

Catégories Histoire d'un style, Looks

1Photos: La petite page

Biarritz, avant d’être la petite Californie française que nous connaissons (et comme je me suis plue à la décrire en Californie, car il faut être honnête, la qualité de vie n’en est pas loin similaire) était un village de pêcheur à la baleine, puis est devenue au fil du temps la citée balnéaire que nous connaissons aujourd’hui.

Biarritz dont les plages ont fait la réputation, comme la grande plage où ces clichés ont été réalisés.

D’abord appelée, « la côte des fous » du nom des oiseaux, les fous du Bassan, qui y étaient nombreux, puis « plage du moulin » pour devenir « la plage de l’impératrice » jusqu’en 1871 où elle prend son nom actuel, « La grande plage ».


Biarritz, before to be the little French California as we know it (and as I used to call it and describe it in California, because let’s be honest, the quality of life is kind of similar) was a whale fisherman village, then became over time the seaside resort  that we know today.

Biarritz whose beaches have made the reputation as the beach where these photographs were taken, « La grande plage ». First called « la côte des fous » because of the names of the birds, Les fous du Bassan, which were numerous, and « la plage du moulin » to become « la plage de l’Impératrice » until 1871 when it takes current name, « La grande plage ».2 3

0509_0030509_002 0511_002

4 5Comment être de passage à Biarritz sans faire un délicieux détours  par le salon de thé, Miremont, il est pour moi le meilleur de Biarritz, et il faut avouer l’un des plus élégants car il a  su garder ses hautes exigences d’Antan.

Je  remercie d’ailleurs grandement, le personnel, de nous avoir laissées « shooter » à l’étage. Nous avons eu le plaisir d’y croiser, le directeur de l’établissement, un homme charmant et passionné, avec qui nous avons pu parler de l’histoire de Miremont.

« Créé le 17 février 1872 par Etienne Singher, un jeune pâtissier de Saint-Moritz, le salon de thé fut repris en 1880 par Joseph Miremont dont l’enseigne fut maintenue jusqu’à nos jours.

Parmi les plus anciens des lieux mythiques de la Ville, la Maison Miremont est le témoin du riche passé de Biarritz : « Reine des plages, plage des Rois ».

Rendez-vous des têtes couronnées de l’Europe entière, Rostand écrivait : « A l’heure du thé, il y a chez Miremont moins de gâteaux que de Reines et moins de babas au Rhum que de Grands-ducs ».

Lieu d’histoire et d’élégance, fierté de Biarritz, Miremont a retrouvé le charme confortable et l’atmosphère magique de son cadre d’époque inscrit au patrimoine. »

Voilà il vous est donc désormais impossible de passer par Biarritz sans céder à un plaisir gourmand de chez Miremont.


How to be in Biarritz without fall for a sweet tea or pastry of Miremont? Miremont is for me, the best tea house and pastries in Biarritz. We met the director of the institution, a charming and passionate man, with whom we could talk about the history of Miremont. They let us kindly shoot upstairs, and I gently thank them for it.

« Founded on February 17th, 1872 by Etienne Singher, a young confectioner from Saint-Moritz, the tearoom was later acquired in 1880 by Joseph Miremont. This name was then maintained through time. Among the city’s most ancient places, Miremont has witnessed the bright past of Biarritz, « Queen of resorts and resort of the Kings ».About this meeting place for all of Europe’s crowned heads, Rostand once wrote that « at teatime, there are at Miremont fewer pastries than Queens and fewer rum babas than Grand Dukes ». Charged with history and elegance, pride of Biarritz, Miremont has regained the cosy charm and the grand style of its authentic listed setting (French heritage). »

It ‘s now impossible to go through Biarritz without treating yourself properly with a sweet chocolate at Miremont.

7 8I’m Here,

LaMarquise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *